« Deux angoisses | Accueil | Sarlat, nous voilà (oui, je sais, je me suis pas foulée) »

08 novembre 2005

Commentaires

gilda

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec son analyse sur l'ambition,
Virginia recherchait avant tout à atteindre le meilleur d'elle-même
(bon d'accord il se trouvait que de fait ça revenait à tenter d'être la meilleure de tout le monde, mais n'empêche c'était pas exprès (elle me l'a dit (1) et je la crois ;-) ))

pour le reste, oui bien sûr encore que, ce ne soit pas pour elle le bonheur qui est une affaire de volonté, mais le fait de savoir limiter le champ d'action du malheur

("Le malheur peut durer longtemps. Mais si on lui interdit de s'étendre, on arrive à restreindre considérablement la place qu'l occucpe. Il faut s'y employer bien sûr un peu sérieusement" ; oui je sais ce n'est pas de Virginia Woolf, mais ... euh ... si on disait en espérant ne fâcher personne que ça aurait presque pu ?)

(1) je le sais de première main depuis que Victor m'a appris à causer aux fantômes :-) !

gilda

PS : je n'ai toujours pas compris le sens exact du commentaire que tu as laissé sur ma note "Un encouragement prometteur" ; je t'en prie dis-moi. Je voudrais pas laisser planer une inquiétude inutile.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Roses des sables 2005

  • Rose10
    Fin octobre, un rallye automobile féminin reposant sur l'orientation (carte, boussole et road-book, les GPS sont interdits) dans le sud marocain. Valouchka et moi sommes dans la voiture rouge numéro 36.