« Elle me fatigue | Accueil | Tout craque »

09 février 2006

Commentaires

Stéfanie

Moauis... la journaliste semble effectivement vouloir faire dire que la femme musulmane est une victime permanente des islamistes. Mais en face, même si elle remet quelques pendules à l'heure, Mernissis semble surtout vouloir la convaincre à son tour que l'occidentale est encore plus maltraitée !
On dirait deux houries qui défendent leur pré carré... C'est à celle qui convaincra l'autre qu'elle a la meilleure place.
Je trouve qu'il manque plein de choses à cet article (bon ceci dit la journaliste avait sûrement un nombre de signes limités par son sreugneugneu de rédac chef...). D'abord la femme orientale n'est quasiment définie que par l'Islam en omettant toutes les autres religions. L'occidentale, elle, n'est jamais resituée par rapport à la sienne (de religion). Et aucun parallèle non plus entre les femmes croyantes - quelle que soit cette croyance - et les laïques. C'est pourtant important dans ce débat. Dire qu'une musulmane doit porter le voile et l'occidentale rentrer dans du 38, c'est oublier que beaucoup de musulmanes se battent pour rentrer dans du 38 ou avoir un nez européen (la chirurgie esthétique marche aussi très fort là-bas) ou au contraire être ronde pour correspondre à leurs canons de beauté et c'est oublier aussi que les occidentales ne sont pas toutes obsédées par leur tour de fesses ou que certaines ne porteront jamais de décolletés parce que leur religion le leur interdit... (Bien sûr ceci n'est qu'un exemple et pas des plus importants. Je ne suis pas sûre que la condition féminine se résume à ça. Quant à la place de la femme dans le(s) monde(s) du travail et de la politique, y aurait beaucoup plus à en dire que les 5 lignes qui y sont consacrées dans l'article...)
Je trouve l'article intéressant mais un peu bâclé et surtout un exemple frappant de dialogue de sourdes. A croire qu'en plus de porter le voile ou un jean moulant, les nanas du monde entier portent surtout des oeillères.

Satsuki

C'est vrai que l'interview est limitée et qu'on a un peu l'impression qu'elles se sont écharpées ! Elle n'explore qu'un aspect du livre alors qu'il est beaucoup plus riche ! L'article de Mona Chollet sur Périphéries est plus complet et distancié.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Roses des sables 2005

  • Rose10
    Fin octobre, un rallye automobile féminin reposant sur l'orientation (carte, boussole et road-book, les GPS sont interdits) dans le sud marocain. Valouchka et moi sommes dans la voiture rouge numéro 36.